La réponse simple (et complexe) est qu’il n’y a pas de «meilleur moyen» de perdre de la graisse. Chaque client répondra différemment à un programme d’entraînement. Cependant, il existe certains principes que les professionnels du conditionnement physique peuvent appliquer lors de la conception des programmes de leurs clients.

Que vous  obtienniez ou non des muscles plus gros (hypertrophie) dépend de trois facteurs fondamentaux: la génétique, le sexe et l’intensité de l’entraînement. La génétique est principalement manifestée en tant que type de fibre musculaire; les personnes ayant des fibres à contraction rapide obtiennent plus facilement des muscles plus gros que les personnes à fibres à contraction lente.

La génétique joue également un rôle dans le fait de savoir si vous pouvez obtenir un ventre plat ou un « six-pack » look à vos abdominaux. Cela dit, deux types d’exercices peuvent aider: l’entraînement en force et l’exercice cardiovasculaire. Les abdominaux sont comme n’importe quel autre groupe musculaire: pour que leur définition devienne visible, ils doivent grossir et la graisse qui les recouvre doit diminuer.

Cela dépend de votre  objectif. Beaucoup d’entraîneurs personnels pensent que l’exercice de force avant l’exercice cardio-vasculaire augmentera la quantité de graisse utilisée pendant l’entraînement cardio parce que l’entraînement de force épuisera le magasin des hydrates de carbone de muscle (glycogène).

Pour ma part, je conseille toujours à me clients de bien scinder les deux types d’entraînements, par exemple réaliser son cardio au matin ( pas spécialement à jeun) et sa séance de musculation au soir.

Avant de consommer des suppléments alimentaires il est important de vérifier d’éventuelle carences en vitamines ce qui peut-être le cas si vous ne suivez pas une alimentation équilibrée. 

Pour le reste, en fonction de vos objectifs, c’est votre coach qui vous conseillera les suppléments à prendre.

La fréquence cardiaque cible  c’est  la gamme de fréquence cardiaque utilisée pour déterminer l’intensité désirée d’une activité, elle variera en fonction du but de l’entraînement. Vous pouvez calculer la fréquence cardiaque cible en utilisant un pourcentage de votre fréquence cardiaque maximale  (HRmax), qui peut être prédite en soustrayant votre âge de 220  ou en mesurant votre  fréquence cardiaque pendant  un test d’effort maximal.

Ignorant l’effet de la gravité pour créer une résistance pendant tous les mouvements, les poids libres maintiennent la résistance sur le muscle constant dans toute l’amplitude de mouvement de l’articulation, tandis que les appareils de musculation utilisent une résistance variable.

La douleur résulte d’une production de force élevée lorsqu’un exercice est nouveau ou qu’une charge est supérieure à la normale. En outre, les contractions musculaires excentriques (dans lesquelles le muscle s’allonge, comme lors de l’abaissement du poids) provoquent plus de douleurs dans les jours suivant l’entraînement que les contractions isométriques (dans lesquelles le muscle ne change pas de longueur) ou contractions concentriques. (dans lequel le muscle se raccourcit, comme lorsqu’on soulève un poids).

L’un des plus grands mythes de l’exercice est que vous pouvez perdre de la graisse dans une zone du corps par la musculation ou l’exercice de cette partie du corps spécifique.
La vérité est que que nous ne pouvons pas dicter d’où notre corps décidera d’oxyder les graisses, ni nous ne pouvons changer la graisse en muscle.

Selon l’American College of Sports Medicine (ACSM), nous devrions faire de 20 à 60 minutes d’exercices , trois à cinq jours par semaine, pour notre santé et pour une bonne condition physique (ACSM, 1995).
S’exercer seulement trois jours par semaine peut être suffisant pour une personne  auparavant sédentaire pour améliorer sa condition physique, mais il faudra plus d’exercice pour voir d’autres améliorations.